L’histoire de l’Arewa

L’histoire ancienne de l’Arewa est caractérisée par une opposition entre le pouvoir religieux des premiers habitants aznas dont les centres sont Lougou, avec la Saraouniya, et Bagaji, avec le Baura, et le pouvoir politico-militaire du Sarkin Arewa dont le centre est Matankari.

L’équilibre subtil de ces forces a été rompu par le colonialisme en faveur du Sarkin Arewa.

La conquête a eu lieu en 1899. La colonne Voulet et Chanoine composée d’une poignée de français et de nombreux soldats venus d’autres parties déjà colonisées de l’Afrique disposait d’un canon. Les arcs et les flèches des courageux guerriers appelés par la Saraouniya Mangu à défendre Lougou n’ont pas réussi à empêcher que le village soit brûlé et la population dispersée.

La résistance contre les abus du colonialisme et des classes dirigeantes est toujours restée vive dans la région.

Les religions de l’Arewa

La population est en grande partie musulmane mais la religion traditionnelle azna, animiste, y reste influente. Toute l’histoire et la culture sont synthétisées dans le panthéon azna, où trônent les Doguwa, divinités locales protectrices si on les respecte et redoutables si on les oublie. La religion azna évolue vers de nouvelles formes de cultes avec le bori, basé sur des danses de possession et une relation plus intime entre l’individu et ses génies. Il y a aussi une petite communauté chrétienne. La tolérance et le syncrétisme sont la règle.

La culture traditionnelle de l’Arewa

Elle présente des aspects très originaux. L’équilibre des pouvoirs entre les hommes et les femmes en est un élément fondamental, comme le manifeste le pouvoir de la reine-prêtresse, la Saraouniya de Lougou.

Nos réalisations et nos projets dans le domaine culturel y sont nombreux.

Dans cette rubrique