A Lougou, les femmes pilent le mil, tous les jours. Le pilage va rythmer au long de ce jour les trois cérémonies.

Devenir Saraouniya

La Saraouniya est la reine. En 1983, une femme, Aljimma fut désignée par le corps de la défunte Saraouniya Gado, Jusque là elle a été une femme comme les autres, une épouse, une mère. À partir du moment où elle a été choisie, Aljimma n’est plus une femme ordinaire, elle est devenue le support d’une transcendance. Pour les azna, elle incarne la fertilité et le maillon d’une lignée qui garantit l’alliance entre la terre,….. les génies et les hommes,

Les trois cérémonies ferment son année d’ apprentissage et intronisent le début de son règne : elle devient la nouvelle reine, Saraouniya Aljimma.

Disponible ici. Version pour téléphone ici.

Dakan tururuwa : piler pour la fourmilière

Les femmes ont préparé la gumba, une bouillie de mil non cuite. En dehors du village, Saraouniya arrose de gumba la fourmilière, pour demander de bonnes pluies et une récolte abondante. Une fois réaffirméee l’alliance avec la nature, les enfants peuvent se régaler avec la gumba

Dakan dabi : piler pour le sacrifice

le Dakan dabi, piler pour le sacrifice, fait toujours suite au Dakan tururuwa. La communauté se rassemble autour de Saraouniya qui tourne la gumba. Tout le monde rappelle la tradition, honore les ancêtres, partage les souhaits de paix, de santé pour tous. Les prêtres ne manquent pas d’énoncer des avertissements pour les ennemis potentiels. Saraouniya quitte l’assemblée car le sacrifice se prépare et elle ne peut pas voir le sang. Un bouc est tué, ce sacrifice honore les morts .

Dakan Saraouniya : piler pour Sraouniya

Cette cérémonie a lieu un an après la mort de la précédente Saraouniya devant ce qui était sa case.
Elle marque la fin du cycle de Godo en fermant ses funérailles et ainsi ouvre celui d’Aljimma. C’est alors que les génies qui habitaient jusqu’alors la case de la défunte Saraounya, la quittent pour aller rejoindre la nouvelle reine. Saraouniya réside désormais dans sa grande case où elle restera cloitrée, garantissant pour toutes les groupes issus de Lougou, paix et prospérité.