L’origine de l’humanité

Les premiers êtres humains sont apparus en Afrique de l’Ouest. Pendant la préhistoire, les zones désertiques étaient assez humides pour permettre des conditions de vie sédentaire, des activités agricoles et même une organisation urbaine. Les berbères ou arabes traversèrent le Sahara devenu un désert, aux premiers siècles de notre ère et des contacts s’établirent très tôt entre populations blanches et noires.

Des empires africains prospères

Vers le 15e siècle après J.-C., les Songhay de Gao conquièrent les régions depuis l’Aïr jusqu’au fleuve Sénégal, et toute la moitié occidentale du Niger. L’Est se trouve sous le puissant empire du Bornou. Puis l’empire des Songhay de Gao est détruit par les Marocains et les Touareg venus du Fezzan (Libye) deviennent les nouveaux dominateurs. Au début du 19e siècle, un empire peul est fondé à partir de Sokoto (situé dans le Nigéria actuel).

La colonisation

A la fin du 19e siècle, la France conquiert le futur Niger, et la Grande-Bretagne, le futur Nigeria. Le Niger est territoire militaire français jusqu’en 1922, avec Zinder pour capitale. Après la soumission des Touareg, le Niger devient une colonie française avec Niamey pour capitale en 1926.

Les étapes de l’indépendance

En 1946, est créé le Parti progressiste nigérien (P.P.N.), affilié au Rassemblement démocratique africain (R.D.A.). Ce parti s’oppose à l’administration coloniale, puis accepte les propositions d’accession à l’autonomie, obtenue en 1956. Le Parti de l’indépendance (Sawaba) appelle à voter contre la Communauté française, lors du référendum du 28 Septembre 1958. Mais 80 % des suffrages émettent un vote favorable à la Communauté. Le Sawaba est interdit et le P.P.N.-R.D.A. devient parti unique. L’Assemblée territoriale devient l’Assemblée constituante le 18 Décembre 1958, sous la présidence de Boubou Hama. La République du Niger est proclamée, et obtient son indépendance le 3 Août 1960.

La république du Niger

Hamani Diori, élu président de la République en 1960, est réélu en 1965, puis en 1971. Le 15 Mars 1974, un coup d’état militaire dissout l’Assemblée nationale, supprime le parti unique et porte à la tête de l’état le lieutenant-colonel Seyni Kountché. A sa mort, en novembre 1987, le colonel Ali Seibou lui succède. A la suite d’une transition démocratique, il est remplacé, le 27 avril 1993, par le social-démocrate Mahamane Ousmane. Depuis ces premières élections pluralistes, le Niger a connu trois chefs d’état. Après l’assassinat du Président Baré par des militaires, une constitution a été adoptée par référendum le 18 Juillet 1999. Les élections générales de fin 1999 se sont déroulées dans la transparence et ont porté à la présidence, Mahamadou Tandja au second tour.

En décembre 2004, Mahamadou Tandja a été réélu au second tour avec 65 % des suffrages contre 35% à Mahamadou Issoufou (Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme).

En 2009, le président Tandja annnonce son intention de rester au pouvoir à la fin de son second mandat, sans respecter la constitution, c’est le « Tazartche ». Organisateur d’un referendum boycotté par l’opposition pour l’adoption d’une nouvelle constitution, il est renversé le 18 février 2010 par l’armée, menée par Salou Djibo, qui promet de rendre le pouvoir aux civils en 2011.

Le président actuel est Mahamadou Issoufou, leader historique de l’opposition et élu le 12 mars 2011 avec près de 58% des voix. Il a été rééu en 2016 pour un second mandat.

Photo d'Alain Roux
Photo d’Alain Roux