Dans le cadre de la coopération décentralisée Cesson-Dankassari, un plan d’accès à l’eau dans toute la commune rurale de Dankassari a été mis en place, grâce au financement de Cesson au titre de la loi Oudin-Santini et avec de nombreux autres partenaires (Etat Nigérien, Ministère Français des Affaires Etrangères, Agence de l’eau Loire-Bretagne, Collectivité Eau du Bassin Rennais).
L’État Nigérien prend en charge la mise en place de nouveaux équipements, tels des mini-AEP multivillages ou des puits.
Les financements rassemblés en France permettent de réhabiliter des équipement existants : mini-adductions d’eau potable (AEP), forages ou puits. Un plan de formation, prévu dans le cadre du plan d’action hydraulique, accompagne ces réhabilitations.
Pour chaque puits ou forage est mis en place un Comité de Gestion des Points d’Eau (CGPE), dont les membres ont préalablement suivi une formation. Un CGPE comprend 5 personnes : le président, le secrétaire, le trésorier et deux hygiénistes qui ont la charge de la propreté du point d’eau, et qui sont très souvent des femmes.
Début 2014, un programme de formation a concerné 35 CGPE de 5 personnes, comprenant toujours au moins deux femmes. Lors de séances de formation de 4 jours sont présentés la législation en vigueur, les principes d’une bonne gestion des points d’eau et les outils à mettre en place. Ce programme de formation s’est poursuivi avec 20 nouveaux CGPE début 2015, 30 nouveaux CGPE fin 2016. Enfin, en 2018, ont été mises en place des sessions de formation pour 170 hygiénistes et 85 trésorier/ères. Début 2020, 24 nouveau CGPE ont été formés.
Par ailleurs, début 2020, en accompagnement à l’installation ou à la réhabilitation des mini AEP et points d’eau autonome, ont été formés 60 membres d’Associations d’Usagers du Service Public de l’Eau (AUSPE).
D’autres publics bénéficient de formations, tels que des réparateurs villageois à raison de deux réparateurs dans chaque village où les CGPE ont été formés : en juin 2015, cinq groupes de 22 réparateurs villageois, puis début 2017 trois groupes de 20 réparateurs villageois, et enfin 72 réparateurs en 2019 – début 2020. Chaque réparateur villageois formé est équipé d’une trousse à outils.
A Goriba (commune de Matankari) et à Birbiro (commune de Dogonkiria), AUSPE et CGPE ont également été formés.