Cette action consiste à procurer à chaque enfant du primaire les manuels scolaires dont il a besoin. Elle a démarré en 1997 dans huit écoles, situées pour la plupart dans la région de Dogon Doutchi, et est désormais étendue à plus de 56 écoles. Plusieurs milliers de manuels ont été achetés. Les manuels, conçus et réalisés au Niger, correspondent aux programmes officiels d’enseignement. Pour beaucoup des familles, c’était la première fois qu’un livre entrait dans le domicile.

Modalités d’action

Les habitants se constituent en comités de gestion, et convainquent l’ensemble des familles ayant des enfants en âge d’être scolarisés de participer financièrement en louant les manuels. Le manuel devient pour une année propriété de la famille, l’enfant peut travailler le soir, et les parents peuvent suivre ce travail même s’ils ne sont pas eux-mêmes alphabétisés. Au sein du comité, on se mobilise pour récolter l’argent des locations, pour aider les familles trop démunies, pour décider de l’utilisation des fonds.
Une bourse d’échange de manuels permet aux comités de gestion de disposer des livres adaptés à leurs besoins.

Résultats obtenus

Le taux de scolarisation augmente, ainsi que le taux de réussite à l’examen de passage en sixième. L’argent récolté pour la location des manuels est réutilisé pour l’achat de nouveaux livres. L’autonomie financière est atteinte, pour les premières écoles, dès l’année 2004.

Les villageois et les enseignants pourront imaginer de nouvelles actions : développement des activités pratiques et productives, agrandissement du jardin de l’école, réintroduction d’espèces végétales disparues, etc.

Extension à de nouvelles écoles primaires

La mise de fonds nécessaire au départ est venue de Tarbiyya Tatali (AECIN), avec un apport de la ville de Rennes. Aide et Action à partir d’une étude approfondie et d’un bilan très positif du projet a décidé de fournir le budget permettant de l’étendre à partir de 2003-2004 à huit nouvelles écoles. La Coopération canadienne a financé une extension à trente-six nouvelles écoles. Tarbiyya Tatali, est aussi venue en appui à d’autres associations qui ont choisi de reproduire sa démarche : l’Association Solidarité Niger, le Mouvement Jeunesse Solidarité des Lycéens du Collège Mariama (lycée nigérien), l’Association Côtes d’Armor / Agadez et le département des Côtes d’Armor ou encore l’association Fredie la vie au Niger.

Extension aux collèges

Le manque de manuels scolaires est aussi crucial dans l’enseignement secondaire. C’est un problème qui se posera à une grande échelle dans les années futures à la suite des progrès de la scolarisation dans le primaire. Une expérimentation dans trois collèges de la région d’Agadez menée par Tarbiyya Tatali, et soutenue par le département des Côtes d’Armor démarre en 2005. Dans deux collèges de Dogon Doutchi Tarbiyya Tatali met en place des bibliothèques pour les enseignants et les élèves.

Grâce à la coopération décentralisée entre la communauté urbaine de Zinder et le Val de Marne, l’action est étendue à cinq collèges.

Manuels de lycée

En 2009, un manuel de français, avec des textes français et africains, a été publié par le RAEDD. Une subvention de la Ville de Rennes a permis d’équiper le lycée de Dogon Doutchi de 400 manuels en mai 2011.

Photo d'Alain Roux
Photo d’Alain Roux