Cette action consiste à sensibiliser la population, les élus et les chefs de village à la perception de la taxe municipale, point clef du développement de la commune, à laquelle le Maire de Dankassari attache une grande importance.

Lorsqu’il a pris ses fonctions en juillet 2011, après une période de transition où la fonction de maire de Dankassari était assurée par le Préfet de Dogondoutchi, il a constaté que les rentrées étaient de 8 000 € alors que le budget prévisionnel 2011 était de 110 500 € ; il s’attache depuis à éviter de se trouver de nouveau dans une telle situation.

Les résultats qu’il a obtenus sont les suivants

2011 : Prévisions : 110 500 €, Recouvrement : 130 00 €
2012 : Prévisions : 116 500 €, Recouvrement : 119 200 €
2013 : Prévisions : 122 500 €, Recouvrement au 8 juillet : 83 000 € (le manque à gagner est dû au fait que la compagnie de téléphonie cellulaire Aitel, n’avait pas encore versé les redevances à la commune).

Une formation sur la mobilisation des ressources et l’importance de la perception de la taxe municipale a eu lieu le 9 et 11 Janvier 2014 (à Gofaoua et Dankassari) avec les élus et les 48 chefs de village concernés, puis des missions ont eu lieu dans les quinze villages qui s’acquittent le moins bien de l’impôt.

Cette action s’est poursuivie en 2015 et en 2016.

En 2020, je projet prévoyait au départ des tournées de sensibilisation dans les villages de la commune qui ont le plus de retard dans le paiement de l’impôt. Toutefois le Maire de Dankassari, constatant que la population paye bien ses impôts et que la responsabilité dans le non-versement de l’impôt est plutôt due aux chefs de village a préféré organiser des réunions des chefs des villages les moins-payants au chef-lieu de la commune.

La première réunion a eu lieu le 15 février 2020. Elle a regroupé 57 chefs de village, les différents acteurs de la commune, les chefs de canton et de groupement et le préfet du département. Les différentes prises de parole se sont concentrées sur l’obligation de payer l’impôt et son utilité pour développer la commune rurale et ont évoqué les risques courus par ceux qui détournent ces fonds publics. Une deuxième réunion prévue en novembre après les récoltes a été retardée du fait du calendrier électoral, puis des restrictions dans les regroupements dus au COVID. Elle a finalement été organisée le 6 mars 2021, avec la participation de 59 chefs de village et les différents acteurs de la commune, les chefs de canton et de groupement et le préfet du département.