Cette action est terminée.

Le point de départ : échanges Côtes d’Armor-Niger

Les premiers contacts entre lutteurs nigériens et lutteurs bretons datent d’une dizaine d’années. La foire exposition de Saint Brieuc dans le cadre de la coopération décentralisée, et des rapports privilégiés du département des Côtes d’Armor avec le Niger, organisa une semaine culturelle nigérienne et tout naturellement des lutteurs firent partie de la délégation. Des échanges entre lutteurs bretons et nigériens eurent lieu à ce moment mais restèrent sans suite.

Depuis les jeux de la Francophonie de 2005 au Niger

Les échanges reprennent lorsque l’organisation des jeux de la Francophonie de 2005 décide d’inclure à son programme un festival des luttes traditionnelles. La fédération Française de lutte a confié aux lutteurs bretons la mission d’y représenter la France. Un voyage de préparation en septembre puis la présence de cinq lutteurs et deux sonneurs bretons aux jeux de la francophonie en décembre ont concrétisé ce projet ; de nombreuses démonstrations, compétitions, échanges techniques et humains ont permis de sceller des liens d’amitié entre deux groupes de pratiquants de styles de lutte traditionnels. Cette reconnaissance de la valeur sportive et humaine de la lutte nigérienne par les lutteurs de France et par les autorités de la Francophonie a contribué à en faire un élément de fierté nationale au Niger. Un livre de photos retrace les moments forts de ces échanges.

Les bretons ont ressenti le besoin de rendre aux nigériens ce qu’ils avaient reçu et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que la Fédération de Gouren a travaillé pour qu’une délégation de lutteurs nigériens puisse participer à un stage international de lutte traditionnelle en février 2007 à Carhaix, de même qu’à une compétition internationale (7 nations) de back-hold, la lutte traditionnelle écossaise.

Lutte traditionnelle
Lutte traditionnelle